Des kurt du Kirghizstan en France

(C’est au tour de Maïlys de prendre la plume pour raconter les quinze derniers jours du mois d’août… Oui, effectivement, nous sommes un peu en retard. Mais nous promettons de rattraper cela en postant les articles suivants avec une rigueur métronomique !)

L’extrait de récit de voyage qui va suivre a été retranscrit après de longs mois de déchiffrage. L’état du cahier après avoir souffert sous la pluie, le vent, le soleil, le sable fin et le voyage (durant lequel il s’est chiffonné au fond d’un sac à dos), était, comme vous pouvez l’imaginez, catastrophique ! Ce carnet de voyage ayant été retrouvé dans le sac de sa propriétaire, il paraîtrait que celle-ci ait survécu au périlleux périple au Kirghizstan !

P1140327

Après le départ de Pierre, nous sommes resté.es quelques jours de plus à Almaty. Cela laissait le temps de remplir la mémoire de l’ordinateur de films et de musiques (et d’acheter une nouvelle enceinte pour remplacer l’ancienne toute grésillante suite à notre nuit ensablée au lac de Bartogai !). Cependant, il fallait planifier la suite du voyage pour répondre à nos questions : « et maintenant où va-t-on ? Comment y allons-nous ? En train ? Trop cher ! En taxi ? Mmmh, on pourrait, car ce n’est pas si cher que ça ici, mais bon… pourquoi pas le bus sinon ? Oui, on ira en mashrutka ! ». Les mashrutkas sont ces bus, qui ressemblent à des camions aménagés, dans lesquels des sièges ont été fixés au sol, des fenêtres découpées au milieu de la taule recouverte d’une moquette peu coquette. On peut être assez tassé.e dedans, car les allées sont parfois remplies de gens assis sur de petits tabourets ou par terre.

sam_1963

La prochaine destination sera Balyktchy où Nicolas et Camille ont leurs deux restaurants habituels, les seuls avec Wi-Fi. Il faut prendre un mashrutka de la gare routière de la capitale du Kazakhstan pour passer la frontière avec le Kirghizstan, puis remonter dans le bus avant que celui-ci ne reparte sans nous (il s’est tout de même bien vidé après la frontière et le conducteur n’attend pas une seconde les éventuels retardataires!). Le bus s’arrête à Bishkek, capitale du Kirghizstan, où l’on s’approvisionne en samsa (les plus raffinés mangés jusqu’alors, car il y a plus d’oignon et de viande, que de gras et de gras!). On croise une petit fille, très fière de venir nous voir pour nous dire les quelques mots d’anglais qu’elle connaît ; « Good morning ! What’s your name ? My name is Aisha ». Un Kirghize à l’accent américain vient aussi nous parler, pour nous conseiller les endroits touristiques à visiter. Arrivé.es à Balyktchy, nous prenons un taxi pour 50 som (nous devons maintenant convertir en Som et non plus en Tengé, comme au Kazakhstan) pour trouver notre bivouac idéal au bord du lac Issyk-Kul. Finalement, nous sommes forcé.es de planter la tente en face de yourts-restaurants, car plus loin, un camp militaire empêche l’accès à la suite de la plage où Camille et Nicolas avait leur coin de bivouac favoris !

Le lendemain matin, j’ai la surprise d’être observée à travers ma maudite fenêtre de tente (qui permet à quiconque de jeter un œil à l’intérieur !), par un Kirghize qui vient ensuite nous parler pour savoir d’où on vient, etc. Voici le scénario habituel : un Kirghize (jamais une femme n’est venue nous poser des questions) s’approche, alors on dit bonjour poliment avec « Zdratsvouite ! », à quoi on nous répond de manière plus familière ‘Ztradste ! », puis la routine: « Atkuda ? –Francia ! –Ah, Francus ! –Da, da ! –Vi govorite pa ruski ? –Tchut tchut… ».

Deuxième surprise de la matinée : les moustiques ! Nous étions en plein marécage ! On comprend mieux alors pourquoi l’homme venu nous aborder, nous faisait signe que nous étions fous de rester là au milieu des moustiques qui piquent.

Troisième surprise : l’eau turquoise, devant ces montagnes kirghizes orangées (et blanches en altitude) ! Un paysage magnifique s’offre à nous le matin et nous nous jetons dans cette eau claire et tiède. Se baigner dans ce cadre est assez exceptionnel et nous y rêverons quand nous serons perchés dans les montagnes, rationnant l’eau !

p1140195

Après avoir bien profité.es de l’endroit, nous repartons vers Karakol en faisant le tour d’Issyk-Kul. Nous ne sommes pas rassuré.es dans ce taxi qui se croit dans un film de course-poursuite. Il commence en effet un duel avec un autre taxi qui le double, le redouble et à qui il fait une queue de poisson… Nous sentons notre fin arriver ! La voiture roule tantôt à droite, tantôt sur une des dix voies du milieu ! Et après avoir foncé dans un corbeau sans aucun souci de conscience, nous arrivons enfin et avec un grand soulagement à Karakol, devant un parc où nous posons nos tentes.

Le lendemain matin, il ne faut pas espérer être tranquilles dans le parc : des enfants viennent tous près de nos tentes, sûrement intrigué.es et je les vois se pencher sur ma fameuse fenêtre de tente et courir dans tous les sens en criant. Cela nous fait vite lever et plier nos tentes. Puis, nous allons manger au bazar : du maïs salé en épi tout chaud, des manti (à la viande et oignons, et pour la première fois, il y en a des végétariens au fromage, et d’autres aux herbes ! le bonheur !) ; on découvre aussi l’ashyan-fu, une soupe très bonne, typique de la ville, faite de pâtes au blé et d’autres, taillées dans une gelée d’eau de riz, immergées dans un bouillon de légumes épicé. Ceux en manque de matières grasses (qui manquent souvent au Kirghizstan !), prennent aussi des rochan, des manti fris.

sam_1969

Nous faisons aussi des provisions pour la prochaine randonnée prévue pour cinq jours maximum : le plein de riz, de pâtes, de sarrasin, de concentré de tomates, d’épices, de quelques légumes (oignons et poivrons, qui se gardent le mieux), de petits gâteaux (parmi un large panel de choix sur les étalages), des kurt (fromage sec), des naan (pains cuits dans un four, collés aux parois) et quelques samsa et beignets aux pommes de terre pour le soir. Il faut au moins ça pour faire la randonnée jusqu’au lac Ala-Kul qui va jusqu’à 4000m d’altitude !

sam_1967

Le premier jour, nous nous arrêtons assez tôt pour aller chercher du bois et faire un petit feu de cuisine. Nous regardons Les demoiselles de Rochefort, qui nous transporte dans un univers bien différent de celui dans lequel nous évoluons ! Le matin, on nous réveille encore, et cette fois, avec une pointe d’agressivité ! Un berger vient crier devant nos tentes (après qu’une de ses vaches ait fait tomber le piquet qui tient ma tente) et demande de l’argent pour la tente qu’on a posée à un endroit gratuit ! Il se fait renvoyer par Nicolas et dit qu’il reviendra, mais sachant qu’il n’a rien à nous demander, on ne le revoit pas et c’est tant mieux, car il n’était pas bien agréable… Nous nous réveillons un peu énervé.es, prenons le petit déjeuner et repartons rapidement.

P1140445

Nous arrivons bientôt à la vallée d’Alatyn-Arashan, qui est parsemée de yourtes pour que tous les touristes viennent, manger, dormir…et prendre des bains dans une eau soit disant chaude. C’est en fait le lieu de réconfort pour la fin d’une longue randonnée. Nous parlons à certains randonneurs en sens inverse, qui ne nous donnent pas tellement confiance en notre programme, car la randonnée paraît bel et bien difficile et longue !

SAM_1977.JPG

Nous prenons de l’altitude, ce qui m’empêche de respirer profondément (à la différence de Nico et Camille qui se sont déjà bien entraîné.es dans les hauteurs kirghizes). La nuit se rafraîchit terriblement et il devient déchirant de quitter le feu pour aller dans une tente toute froide. Plus nous montons, plus nous voyons arriver de gros nuages menaçants, dans notre direction. L’après-midi, n’y tenant plus, les nuages lâchent toute l’eau qu’ils ont, nous obligeant à planter la tente sur le premier terrain plat trouvé, où nous dormirons finalement. Cela fait trois jours que nous grimpons et nous commençons à nous demander si nous arriverons vraiment à aller jusqu’au lac et à redescendre en deux jours. Nous n’avons pas prévu la nourriture pour une semaine, donc il est impossible de s’attarder dans les montagnes. Le soir, deux femmes trempées viennent camper à côté de nous et nous disent qu’elles viennent d’en haut, où elles n’ont rien aperçu du paysage à cause de la météo ! Il était donc plus judicieux d’attendre le lendemain pour monter jusqu’aux 4000 mètres.

P1140273

Cependant, il faut se lever très tôt pour marcher le matin, tant qu’il ne pleut pas. C’est ce que nous faisons en nous levant avec les premiers rayons de soleil pour atteindre, après une marche infinie, le pied de la dernière montagne à franchir pour voir le lac. Cette montée impressionnante se fait à pic et nous voyons des gens la descendre sur les fesses, ce qui semble inquiétant.

P1140306

Nous arrivons finalement en haut, après bien des efforts et des pauses, où nous sommes ébloui.es par la vue.

D’en haut, nous voyons la vallée que nous avons traversée d’un côté, et de l’autre, le lac azuré dont on voit la source coulant d’un glacier ! Nous ne sommes pas seul.es à contempler ce magnifique paysage et nous nous pressons de descendre l’autre pan de la montagne, pour ne pas être dans les pierriers au moment de la pluie.

p1140324

Cette journée fut interminable et éreintante, mais valait le détour. En revanche, nous n’en pouvions plus de descendre et remonter sans cesse dans des pierriers, détruisant pieds et chevilles, avant d’arriver à la vallée ! Le soir, nous sommes largement soulagé.es d’être arrivé.es au bord de la rivière.

P1140379

Mais une bonne journée de marche nous attend encore le lendemain pour se rapprocher de la ville. C’est donc avec un grand enthousiasme que nous montons dans une voiture (après des heures de marche et un repas sauté !), qui nous propose de nous amener à Karakol alors que l’après-midi est déjà avancée.

Le soir et pour plusieurs jours encore, nous retrouvons notre bivouac dans un coin du parc public. Nous nous familiarisons avec les quelques restaurants offrant le Wi-Fi, dont un café où tous les touristes se retrouvent, laissent et prennent des livres en diverses langues. Camille et Nicolas sont donc excité.es de trouver un roman policier en Français…même si cela ne s’avère pas être le meilleur livre qu’ils aient lu !

Bien reposé.es et après avoir traîné dans les rues de Karakol plus de jours que prévus, nous nous dirigeons doucement vers Balyktchy d’où nous devons repartir pour Bishkek. En route, nous passons de très bons moments, à nouveau au bord du gigantesque lac Issyk-Kul, qui sert de mer aux Kirghizes. Cette fois, notre bivouac est un coin idéal, tranquille, creusé dans la roche, sur la plage, avec vue sur l’eau turquoise et entouré de montagnes orangées ! L’orage arrive rapidement et le ciel, chargé, devient noir et tourmenté. Cela n’amoindrit pas la beauté du paysage et son caractère spectaculaire. Le jour d’après, le ciel est clair; les nuages, rosés et l’eau, juste assez fraîche. On resterait bien dans cet endroit paradisiaque pour toujours.

P1140511

Mais, les impératifs d’un avion à prendre à Almaty le 30 Août font que l’on en part, à grand regret. Avant de retrouver Balyktchy, nous passons par le Fairy Tale Canyon, dont le nom de canyon de conte de fées exprime bien ce qu’on y voit ! Même si à l’entrée du parc, il est impossible de s’imaginer un canyon plus loin (nous étions désillusionnés à l’avance !), après une petite heure de marche, nous arrivons encore devant un paysage improbable : des montagnes rouges, ocres, oranges…nous font face. Nous restons un moment à grimper sur ces montagnes et à les prendre en photo, enchanté.es.

P1140626

Voici venu le temps du retour en mashrutka: direction Balyktchy, puis, Bishkek où nous passons une nuit et un jour. Et nous voilà en peu de temps retourné.es dans cette énorme ville aux grands buildings, qu’est Almaty. Une fois de plus, nous nous réveillons en pleine nuit pour aller en taxi à l’aéroport (merci à Nico et Camille de m’avoir accompagnée !). C’est la fin du voyage pour moi, avec une grande nostalgie, mais pleins de souvenirs mémorables en tête de ce mois passé entre le Kazakhstan et le Kirghizstan !

Publicités

Journal d’un voyageur estival

Au début du mois d’août, Pierre le frère de Camille nous a rejoint pour voyager 15 jours avec nous. Il a gentiment accepté d’écrire cette partie du blog à notre place!

Pour deux personnes qui traversent le monde à vélo, quinze jours, c’est une petite respiration, une modeste virgule dans une longue phrase. Deux semaines, c’est aussi le temps que passe le Français moyen dans son camping favori, alternant savamment brûlures au soleil et apéritif ; même lui trouve ça un peu court. Pourtant, il peut s’en passer des choses en deux semaines si comme moi, vous allez rejoindre Camille et Nicolas au Kazakhstan ! Atteints par un subtil mélange de flemme et d’idée originale, ils m’ont proposé d’écrire le récit de ces quinze jours de début août 2016 où nos chemins ont suivi les mêmes sentiers. Me voilà donc pour quelques lignes le narrateur de ce blog…

Étape 1 : arrivée à Almaty (prononcez Almateuh)

L’aéroport d’Almaty, premier contact obligé avec ce pays pour ceux qui n’ont pas l’idée folle d’y aller en vélo, ressemble à bien d’autres aéroports du monde, à la différence près que le personnel vous annonce bien vite la couleur du pays. En dehors du Russe (ou du Kazakh), point de Salut ! L’Anglais est maîtrisé de manière lacunaire, lorsqu’il n’est pas tout simplement une langue mystérieuse où Goudebaï peut signifier Bonjour (je vous renvoie pour cela à un article précédent sur le Kazakhstan).

Peu après mon arrivée, je dus emprunter un taxi pour rejoindre Camille et Nicolas dans un B&B du cente-ville. En chemin, après quelques efforts vains pour expliquer au chauffeur où se trouvait Parthenay (vaine présomption !), il eut le temps de me proposer d’épouser une Kazakhe pour rester plus longtemps ici, car la France, selon ses propres dires, ça craignait beaucoup avec les attentats et les terroristes partout. Bien sympathique tout de même, il me déposa à destination sans même augmenter après coup le tarif annoncé, chose qui était une faveur, comme le montra la suite du voyage. Ayant rejoint Camille et Nicolas, il fallut goûter l’inévitable Koumis, boisson locale dont le goût, lorsqu’elle est fabriquée avec amour et de manière artisanale, ressemble plus ou moins à de la bile. J’eus de la chance, ce soir-là, de n’avoir qu’un supermarché à disposition, et donc un produit un peu « fade ».

Le lendemain, nous visitâmes le centre-ville d’Almaty. La ville est à la fois intéressante et repoussante. Les mosquées y côtoient les cathédrales orthodoxes ; les vieilles constructions soviétiques y croisent des KFC et d’immenses immeubles rutilants, construits grâce à l’argent du gaz et du pétrole. Dans les rues, c’est un concours de voitures de luxe permanent. Oh, il ne doit pas y avoir là plus d’argent qu’en France, mais on a moins de honte à le montrer. La réussite est dans le paraître, pour ces anciens nomades nouveaux magnats des énergies fossiles. Tout est très occidental, des pistes cyclables jusqu’aux habitants qui s’habillent et se comportent comme des Européens-Américains. En revanche, lorsqu’on quitte cette vitrine, cette ville qui se contemple elle-même, les banlieues sont plus conformes à l’image que l’on peut se faire d’une ville d’Asie Centrale, avec ses toits de tôle, ses bazars et ses enfants jouant dans la rue. Le Kazakhstan n’est ni Almaty, ni sa banlieue, ni même les campagnes alentours. Il est tout cela à la fois.

Étape 2 : le plateau d’Assy (prononcez Asseuh : décidément, ils aiment bien les fins de mots en euh)

Après deux jours à Almaty, Maïlys, la sœur de Nicolas, nous rejoignit. Désormais à l’équilibre (deux Courroux contre deux Besson), ce qui avait son importance dans les débats philosophiques, nous quittâmes Almaty l’Occidentale en taxi. C’est à cette occasion que je découvris ce qu’être un touriste occidental avait comme implications quant au changement brutal du prix négocié entre le début et la fin d’un trajet…

Notre destination était le plateau d’Assy. Il s’agit d’un plateau d’altitude, situé environ à 2000m, dans lequel les bergers font paître leurs troupeaux en été. Si pour Camille et Nicolas, qui sortaient de deux mois au Kirghizstan, le cadre ne dut pas être trop dépaysant, pour moi et Maïlys, en revanche, il s’agissait de notre premier contact avec un monde de carte postale : yourtes, bergers à cheval, immenses steppes encadrées par des sommets enneigés… À vrai dire, il y avait un peu trop de carte postale au début de notre trajet, dans la vallée qui nous faisait entrer dans le parc national de l’Ile-Alatau. Les Kazakhs d’Almaty se rendent souvent dans cet endroit, à un peu plus d’une heure seulement, pour célébrer leurs mariages, en louant une yourte. Pas de bergers, donc, mais des limousines. Nicolas ne put résister à son amour des belles voitures, et se fit prendre en photo avec un de ces bolides.

p1130601

Les distances à parcourir nous semblaient assez courtes, d’après les cartes que nous avions. Mais Nicolas et Camille avaient laissé leurs vélos à Almaty, et c’est donc à pied que nous parcourions les routes d’abord goudronnées, mais qui se muèrent très vite en des sentiers rocailleux, avant de n’être plus que des pistes tracées dans l’herbe rase par les véhicules. Au début de notre expédition, qui devait durer environ dix jours avant un retour à Almaty, les paysages étaient très alpins, et une dense forêt recouvrait les pentes accidentées des montagnes. Seule la couleur de la roche, ocre, et les pommiers sauvages sur les bords de la route, nous indiquaient que nous étions bien dans les montagnes du Tian-Shan. La chaleur était tout à fait supportable, les nuits un peu fraîches. Seule la pluie, qui tombait par intermittence, nous gênait dans notre progression.

img_20160806_113308

Un peu paresseux, nous souhaitions éviter un rude dénivelé qui devait nous mener finalement au plateau d’Assy. Dès qu’un véhicule passait, nous tentions de l’arrêter pour qu’il nous prenne, mais ce n’était pas chose facile pour 4 personnes chargées de sacs de randonnée. Une bonne étoile devait cependant veiller sur nous, car nous ne fîmes que quelques petits kilomètres ce jour-là, avant qu’une bétaillère accepte de nous prendre. Nous montâmes à l’endroit où les moutons avaient l’habitude d’être chargés. Bercés par une douce odeur de crotte ovine et bringuebalés par les cahots du véhicule sur une route accidentée, nous découvrîmes finalement, derrière les bâches du camion, les vertes steppes du plateau d’Assy. Nos conducteurs d’un jour se montrèrent généreux : peut-être apitoyés par la barbe de Nicolas, ils refusèrent de nous laisser partir sans que nous ayons accepté comme cadeau un rasoir électrique.

p1130667

Peu après avoir dit adieu à nos conducteurs d’un jour, nous nous rendîmes, sur leur conseil, dans une yourte non loin, où, avait-ils dit, la nourriture était excellente. Nous pensions qu’il s’agissait d’une personne qui nourrissait à l’occasion les rares convois de visiteurs qui se rendaient sur le plateau en 4×4. Quelle ne fut pas notre surprise lorsque nous comprîmes qu’il s’agissait en fait d’une simple connaissance du chauffeur, qui n’osa pas refuser lorsque nous lui fîmes comprendre, dans un russe approximatif mâtiné de langage des signes, que nous voulions manger. Invité plus par nos propres soins que par notre hôte, nous nous installâmes un peu gênés du quiproquo.

P1130695

Quelques minutes plus tard, ce fut un vrai repas de princes qui nous fut servi. La Kazakhe nous honorait d’un repas plus que copieux, où la crème et le beurre de ses animaux côtoyaient des morceaux de viande savoureuse. Tant bien que mal, nous discutâmes avec elle, grâce à nos maigres connaissances en russe. Lorsque nous repartîmes, repus et ayant laissé un cadeau à notre hôte, nous croisâmes son mari, qui portait fièrement un chapeau kazakh et nous regarda d’un air amusé.

P1130708

La traversée du plateau nous prit deux jours. Le ciel nuageux, qui nous réservait chaque jour quelques ondées, baignait les paysages d’une lumière superbe. Il nous fallut traverser à gué 4 ou 5 fois la même rivière, qui grossissait au fur et à mesure de notre progression ; patauger dans des marécages où le moyen pour rester à sec était de sauter d’un amas d’herbe à un autre ; discuter avec des militaires amusés de notre courage de traverser à pied l’endroit quand tous avaient des chevaux ou des voitures. Nous ne comprîmes que plus tard le sens de leurs avertissements.

P1130722

Étape 3 : Vers Bartogaï

Lorsque nous quittâmes le plateau, nous avions devant nous un sentier de terre qui serpentait dans les montagnes, et menait, après de nombreuses montées et descentes, jusqu’à la steppe basse, à 1000 m d’altitude, au lac de Bartogaï. Nous pensions alors qu’il y avait là un petit village et de la nourriture. Nous estimions aussi que le chemin serait fait en une journée, et sans trop d’efforts. Certes, il y avait bien 50 km, mais nous étions habitués à ce que notre chance nous amène, le long de la route, une âme charitable qui nous prit en voiture. Cependant, nous entrions sans le savoir dans un désert, et seuls un ou deux véhicules passaient sur ce chemin dans la journée. Ils allaient dans la direction opposée ou bien étaient déjà chargés au maximum. Même les moutons et les chevaux se faisaient rares). Il nous fallut donc deux jours de longue marche pour traverser l’endroit.

P1130916

Notre consolation était l’aspect sublime des paysages. Nos seuls compagnons étant des insectes et des oiseaux, nous pouvions nous croire explorateurs d’un monde inconnu et sauvage. Seuls quelques indices laissaient deviner la présence de l’homme : une carcasse de camion au fond d’un précipice, un tertre couronnant une montagne chauve, et les restes d’un camp près d’une rivière. Pour égayer nos soirées, Jean-Luc Godard s’invita sous notre tente, accompagné par de nombreuses parties de cartes.

P1130929

Ces deux jours furent sans conteste la partie la plus rude de ce court périple. Au soir du second jour, nous étions au bord des rives turquoise du lac Bartogaï ; mais hélas, nul village n’apparaissait à l’horizon. Une voiture arrêtée en chemin nous le confirma, il fallait encore marcher plus de trente kilomètres dans la steppe pour atteindre Kokpek, où nous trouverions des magasins. Or, nous n’avions plus de nourriture que pour un petit-déjeuner fruste et une maigre pitance à midi. Dix minutes de désarroi eurent à peine le temps de s’écouler que notre bonne étoile, qui était visiblement partie en congé depuis deux jours, revint nous faire signe. Un automobiliste qui allait dans le sens inverse s’arrêta près de nous, et, après une courte discussion ouvrit son coffre, rempli de victuailles. Il ne repartit qu’après avoir rempli nos bras de patates, de pain, et même de Coca-Cola ! Ce qui peut nous repousser sous le ciel de France apparaissait ici comme inespéré.

P1130962

Nous plantâmes nos tentes au bord du lac, sur une petite étendue de sable. La nuit fut encore difficile. Un vent puissant balaya la plaine, et le sable s’infiltra lentement mais sûrement dans nos tentes, se jouant des moustiquaires. C’est le visage criblé de sable que nous nous réveillâmes au matin, sous le regard amusé d’un vieux Kazakh qui habitait la seule maison aux alentours. La journée s’annonçait chaude, sans ombre et rude. Maugréant comme à mon habitude, je ne vis pas, derrière moi, une voiture s’arrêter près de Nicolas et Maïlys. La chance nous souriait encore ! Deux jeunes Russes de Saint-Pétersbourg, qui visitaient la région, acceptèrent de nous amener directement jusqu’à Kokpek, où nous fîmes le plein de victuailles. Ils furent même assez aimables pour nous déposer à l’entrée de la prochaine étape de notre voyage, le Canyon de Sharyn.

img_20160809_065824

Étape 4 : Sharyn et retour à Almaty

Nous étions désormais au beau milieu de la steppe plane et désertique de basse altitude. Si le froid et la pluie nous avaient accompagnés lors du début de notre route, la chaleur sèche était désormais notre compagnon. Mais nous avions le moral au beau fixe après les événements récents. De plus, le chemin n’était plus très long. Nous avions perdu des jours dans les hauts-plateaux, mais désormais, nous étions revenus sur une route bien balisée, un des seuls sites du Kazakhstan qui puisse mériter le nom de « touristique », puisque nous y croisâmes de nombreux autres randonneurs, venus ici pour la journée depuis Almaty. Le réseau téléphonique, que nous avions abandonné depuis plusieurs jours, fit aussi son retour.

P1140139

Le canyon de Sharyn, c’est une sorte de petit Colorado. Avec les énormes 4×4 qui sillonnaient les routes alentours, pour un peu, nous nous serions crus en Amérique. Au milieu de la steppe, la rivière Sharyn a creusé une vallée profonde, encadrée par des falaises abruptes et ocres. La randonnée était de courte durée, à peine quelques kilomètres, et cette partie du voyage fut pour nous une sorte de repos bien mérité. Non loin d’un complexe hôtelier, cachés par les hautes herbes, nous plantâmes nos tentes au bord de la rivière, dont l’eau tiède fut un délice pour le bain du soir.

p1140054

Le lendemain, nous revînmes à Kokpek, où nous prîmes un bus en direction d’Almaty. Pour moi, le voyage touchait déjà à sa fin. De retour dans la plus grande ville du Kazakhstan, nous fîmes visiter la ville à Maïlys, puis nous nous rendîmes dans des magasins de souvenirs – détour dérisoire, mais si rassurant pour le voyageur occasionnel comme moi, qui espérait ramener quelque chose de tangible en France, autre que le rasoir de marque coréenne donné par notre conducteur d’un jour, qui m’était échu –. Le soir, nous fûmes logés dans un petit hôtel dont la tenancière était une femme pleine de caractère, qui n’hésita pas à menacer le taxi qui me ramena à l’aéroport de représailles s’il changeait son prix. L’heure du retour en France avait déjà sonné pour moi, mais Maïlys accompagna encore deux semaines Camille et Nicolas de l’autre côté de la frontière, au Kirghizstan. Je lui laisse désormais le flambeau pour raconter cela.